Ruminations: Ode à ma vache

Updated: Oct 16, 2020

​Tu m’es arrivée tout empaquetée,

D’une blancheur de lait.

Objet de désir, objet de plaisir.

Devoir de créer et de te parer

De ta robe de lés.

Le tissu se tendait, plissait, résistait,

Soudain je compris que sur toi il vivrait :

Les  veines de ton ventre

Tendrement il dessinait.

Sa trame chantait.

Une gueule rose s’ouvrait,

Deux yeux bleus me fixaient et s’imposaient collés.

Sous l’effet du vernis les encres se moiraient,

Quelques poils s’égaraient,

Bruns et  verts se mariaient.

Lorsque ton cou fut ceint,

Ton harnais je posais, comme touche finale

Mais cornes, pattes et sabots réclamaient la couleur

Que ta queue fort rebelle a longtemps refusée.

C’est des fils qu’elle voulait !

Ta croupe enfin de couleurs festonées,

Tu t’es remise en marche

Pour ne plus t’arrêter.


Louise Caroline, ‘La vache à lés’, Cow Parade 2015.



3 views0 comments

Recent Posts

See All
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now